Séminaire sous-régional d’échanges et de partage d’expériences sur la pollution de l’environnement : Cas de l’exploitation du pétrole

Séminaire sous-régional d’échanges et de partage d’expériences sur la pollution de l’environnement : Cas de l’exploitation du pétrole

Contexte

Depuis 2014, Les Amis de la Terre-Togo a lancé la campagne « Non à l’exploitation du pétrole au Togo ». Cette campagne a été lancée suite à la réalisation d’une étude d’impact environnemental et social pour les activités d’exploration du pétrole au Togo par la société Eni (multinationale italienne), et à l’annonce d’une « découverte » de puits abondants de pétrole. La campagne s’inscrit dans les mesures préventives des impacts d’exploitation de pétrole. Les conséquences de l’exploitation du pétrole seraient désastreuses non seulement sur l’environnement côtier mais aussi et surtout sur les moyens de subsistance des populations riveraines. Il est clair que la production et l’utilisation du pétrole entrainent la pollution des mers, des sources de nourriture, de l’air, et modifie le cycle des écosystèmes naturels. Il est de notre devoir de trouver une alternative à l’utilisation du pétrole. La seule alternative plausible, aujourd’hui, est l’utilisation des énergies renouvelables.

Dans le cadre de sa campagne donc, Les Amis de la Terre-Togo a organisé le 03 août 2018 à l’hôtel Graal, à Lomé, un séminaire sous-régional d’échanges et de partage d’expériences intitulé « pollution de l’environnement : cas de l’exploitation du pétrole ».

Ce séminaire fait partie d’une série d’activités qui, au final, aboutiront à créer une forte mobilisation et un mouvement de plaidoyer contre les énergies fossiles au Togo et en faveur d’une transition énergétique vers des énergies renouvelables.

 

Objectif général

L’objectif général de ce séminaire est de partager les expériences vécues au Nigeria et au Ghana sur les impacts socio-économiques et environnementaux de l’exploitation du pétrole afin d’informer, au mieux, les différents acteurs engagés dans la lutte contre l’exploitation du pétrole au Togo.

 

Objectifs spécifiques

Le séminaire vise spécifiquement à :

–Mener une discussion sur les impacts socio-économiques et environnementaux de l’exploitation du pétrole sur les communautés riveraines du Nigeria et du Ghana ;

–Partager les stratégies de mobilisation des communautés affectées du Nigéria et du Ghana pour la défense de leurs droits ;

–Formuler des recommandations à l’endroit des acteurs clés.

 

Groupe cible

Les organisations de la société civile togolaise, Les Amis de la Terre-Nigéria, les membres des communautés du delta du Niger au Nigéria, Les Amis de la Terre-Ghana ; les communautés riveraines du Togo ; les médias ; l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives au Togo ; le ministère de l’environnement et des ressources forestières.

 

Travaux de l’atelier

Les travaux ont été meublés par deux panels de communications.

Le premier panel a discuté des thèmes suivants:

–Impacts socio-économiques et environnementaux de l’exploitation du pétrole, cas du Nigéria

–Sous-secteur de la pêche et exploitation du pétrole : cas du Ghana ;

S’agissant du premier sujet, les impacts relevés sont, entre autres : la pollution des eaux, la disparition des poissons et de la biodiversité aquatique, les pertes en vies humaines, les conflits, l’accentuation de la pauvreté des communautés, etc.

Quant au deuxième, il a présenté le secteur de la pêche comme étant un grand contributeur au produit intérieur brut du Ghana. Cependant, l’exploitation du pétrole a occasionné la diminution des revenus de la pêche et la paupérisation des communautés côtières affectées.

 

Le deuxième panel s’est appesanti sur les sujets suivants :

–Vécu quotidien des communautés riveraines du Nigéria ;

–Partage d’expériences des communautés riveraines du Ghana ;

–Expérience de mobilisation des communautés autour d’une éventuelle exploitation de pétrole au Togo.

 

Le premier thème de ce deuxième panel a permis aux leaders des communautés du Nigéria d’intervenir, tour à tour, pour partager leurs expériences avec les participants. Les chefs traditionnels du Nigéria (celui d’Ogoni en particulier) a fait mention des problèmes rencontrés par sa communauté parmi lesquels la contamination alimentaire et les problèmes de dégradation de l’écosystème, devenus endémiques.

Pour terminer, il a interpelé les communautés à s’approprier la responsabilité qui leur incombe d’intensifier la mobilisation contre l’exploitation du pétrole au Nigeria et dans les autres pays d’Afrique.

 

Le deuxième thème du présent panel 2 est revenu sur l’expérience de Half Assini, une communauté affectée au Ghana. Le communicateur a recommandé que les communautés riveraines ne restent pas en marge du processus d’exploitation du pétrole. Il a suggéré au gouvernement togolais de mieux s’imprégner de la disponibilité de technologies propres d’exploitation de pétrole en amont afin d’éviter les conséquences fâcheuses d’une exploitation dont tous les contours n’ont pas été bien réglés.

Il a rappelé aux communautés d’avoir, constamment, à l’esprit le bien-être des générations futures. Quant aux organisations de la société civile, il leur a redit: « la seule puissance que la société civile et le peuple ont, c’est de parler ».

Le dernier exposé a permis de partager les actions menées par Les Amis de la Terre-Togo en termes de mobilisation des communautés au Togo dans le cadre de l’activité d’exploitation du pétrole.

Il s’agit des rencontres organisées pour informer et sensibiliser les communautés riveraines et leur parler des risques du projet d’exploitation du pétrole. Il a été rappelé que si la technologie pour exploiter le pétrole au Togo sans impacts majeurs n’est pas disponible, il vaudra mieux laisser le pétrole dans le sol. L’exposant a souhaité une plus forte collaboration entre les parties prenantes, notamment avec les médias pour amplifier la lutte.

 

Résultats obtenus

A la fin du séminaire, les participants ont mieux appréhendé les impacts socio-économiques et environnementaux de l’exploitation du pétrole et ont formulé des recommandations à l’endroit des différents acteurs clés en vue de mesures à prendre pour limiter ou éviter les impacts d’une éventuelle exploitation de pétrole au Togo.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.