Atelier de formation des parties prenantes sur les accords de partenariat économiques entre l’UE et la CEDEAO

Atelier de formation des parties prenantes sur les accords de partenariat économiques entre l’UE et la CEDEAO

 

Contexte 

Les Accords de partenariat économique (APE) sont des accords commerciaux qui, dans leur esprit, visent à développer le libre-échange entre l’Union Européenne (UE) et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Fondés sur le principe de réciprocité tel que sous-tendu par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les APE sont appelés, à terme, à se substituer aux préférences commerciales que l’UE accordait aux pays Afrique Caraïbe Pacifique sous les conventions de Lomé (I, II et III). La mise en place de ces Accords n’a pas rencontré l’adhésion de toutes les entités des blocs contractants. La société civile, quant à elle, a eu un regard circonspect sur ces accords, voire, les a tout simplement combattus.

En fait, la mise en œuvre des APE devra se traduire par la suppression des droits de douane sur les importations venant de l’UE et à limiter, au-delà des exigences de l’OMC, la possibilité pour les Etats africains de mener une politique commerciale autonome. Ces accords résultent de pressions exercées par les firmes multinationales européennes, au service desquelles s’est mise la Commission européenne,

Au cas où les APE viendraient à être appliqués, les pays ouest africains ne pourraient plus imposer de taxe sur la plupart des produits européens qu’ils importent ; ceci leur occasionnerait des pertes budgétaires. Pourtant, le développement de ces pays requiert un renforcement des capacités d’intervention publique. Ce que l’UE promet de leur verser comme contrepartie est un mirage : il n’y a rien de plus que les sommes habituelles du Fonds européen de développement (4 euros par habitant et par an!) qui est un financement des Etats membres hors budget communautaire, plus le « recyclage » marginal d’autres fonds communautaires déjà programmés.

Œuvrer à stopper les APE aidera donc à :

–Mettre fin aux règles de commerce et d’investissement injustes (qui accroissent la pauvreté et le chômage, et contribuent à la dégradation de l’environnement), et

–Opposer une résistance à la marchandisation et privatisation des sphères de la société qui devraient être, en principe, hors du commerce.

C’est à cette tâche que s’attèle ce projet initié par Les Amis de la Terre-Togo.

 

Objectif général 

L’atelier a pour objectif général de développer les capacités des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest à contribuer à améliorer les accords économiques auxquels sont Parties les pays membres.

Objectifs spécifiques

Le projet a pour objectifs spécifiques de :

–Sensibiliser 2.300.000 personnes sur les APE (en tant qu’obstacles à l’atteinte des objectifs de développement durable) ; former 25 acteurs sur le sujet et les mobiliser à s’organiser afin qu’une amélioration soit apportée à ces accords ;

–Initier un plaidoyer auprès des autorités publiques en se basant sur des positions documentées des citoyens sur les APE ;

–Créer et développer un observatoire de plaidoyer pour assurer la surveillance stratégique et le suivi des droits socioéconomiques, environnementaux et culturels des peuples dans les APE ;

–Former 3 groupes de « Justice économique et résistance aux groupes néolibéraux de Les Amis de la Terre Afrique », 8 organisations de la société civile togolaise, 5 parlementaires, 5 officiels du gouvernement, 3 représentants des medias, 2 délégués du secteur privé sur les impacts du néolibéralisme en Afrique et la nécessité d’améliorer les APE.

Groupe cible

Des organisations de la société civile ouest africaine ; les parlementaires du Togo ; le gouvernement togolais ; les médias ; le secteur privé.

Activité

Un atelier de formation s’est tenu les 5 et 6 décembre 2017 rassemblant les parties prenantes citées plus haut.

Résultats obtenus

–300.000 personnes sont sensibilisées sur les APE (dans leurs formes actuelles) comme étant des obstacles à l’atteinte des objectifs de développement durable ;

–35 parties prenantes sont sensibilisées sur le fait que les APE constituent un obstacle à l’atteinte des objectifs de développement durable

–Un contrat a été signé entre Les Amis de la Terre-Togo et un producteur de film pour la production d’un film documentaire audiovisuel de plaidoyer de 13 minutes en français en version CD de deux exemplaires sur « les probables ou potentiels impacts négatifs des APE sur la communauté de la CEDEAO » ;

–Une émission de sensibilisation sur la Radio Lomé a été initiée à l’issue de l’atelier de formation

–L’observatoire de plaidoyer pour assurer la surveillance stratégique et le suivi des droits socioéconomique, environnemental et culturel des peuples sur les APE est mis en place.

–Des séries d’échanges se sont effectuées entre les membres dudit observatoire pour définir une feuille de route.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.