Conférence publique sur « le monde sans les énergies fossiles, la transition vers les énergies renouvelables »

Conférence publique sur « le monde sans les énergies fossiles, la transition vers les énergies renouvelables »

 

CONTEXTE

On extrait du sous-sol de l’ordre de 8 milliards de tonnes de combustibles fossiles, chaque année, dans le monde, Ces énergies sont utilisées à plusieurs fins : production de l’énergie thermique, secteur de la sidérurgie, production de l’électricité, chauffages domestique et industriel. Certes, ces énergies fossiles ont permis l’évolution des civilisations, mais, elles n’en présentent pas moins de risques pour l’homme et l’environnement. La chaîne des effets touche plusieurs aspects : pollution des nappes phréatiques, des mers, des sources de nourriture, l’air, la modification du cycle des écosystèmes naturels, etc.

La pollution a aussi des effets sur les moyens de subsistance de la population : les eaux polluées contraignant de nombreuses personnes vivant dans ces zones à utiliser une eau polluée pour boire, cuisiner et se laver ainsi que de consommer du poisson contaminé: les sols contaminés deviennent infertiles. Vu le caractère non renouvelable de ces sources d’énergie et le degré de toxicité pour l’homme et l’environnement, il urge de continuer à susciter les débats sur les énergies fossiles. C’est dans cette perspective que Les Amis de la Terre-Togo a organisé une conférence publique sur le thème «  Le monde sans les énergies fossiles, la transition vers les énergies renouvelables » le 17 avril 2018 à la salle de réunion du ministère de l’environnement et des ressources forestières.

Objectif général :

L’objectif général est de contribuer par des échanges scientifiques aux efforts de protection des populations contre les éventuels risques à l’exploitation du pétrole dans une perspective de recherche de solution adéquates pour une transition énergétique écologiquement durable.

Objectifs spécifiques :

–Faire le lien entre les énergies fossiles et le réchauffement climatique

–Attirer l’attention des décideurs sur les conséquences négatives de l’extraction éventuelle du pétrole au Togo sur les citoyens ;

–Proposer les différentes approches d’actions incitatives qui permettent aux collectivités locales de contribuer, de façon décisive, à l’atteinte des objectifs d’une transition énergétique réussie au Togo

Groupe cible

Les OSC, les organisations syndicales, les organisations paysannes, l’administration publique et le secteur privé.

 

Activités

Cette conférence publique a été meublée par deux communications suivies de discussions.

Communication 1 : « les énergies fossiles et les changements climatiques ». Elle a abordé les liens entre les énergies fossiles et les changements climatiques et aussi l’impact des combustibles fossiles sur le climat et les implications de l’utilisation de ces énergies sur la vie humaine.

Communication 2 : « les défis et les enjeux de la transition vers un système énergétique démocratique contrôlé par les populations ». Elle a proposé les solutions vers cette transition énergétique.

Les deux communications ont laissé place à des discussions pour approfondir les différents développements.

Les résultats

–Les participants sont informés du degré de contribution des énergies fossiles aux changements climatiques et ont compris les enjeux de la transition vers un nouveau système énergétique démocratique et contrôlé par les citoyens.

–Les décideurs ont pris connaissance des conséquences négatives de l’extraction éventuelle du pétrole au Togo sur les citoyens ;

–Les différentes approches d’actions incitatives ont été proposées permettant aux collectivités locales de contribuer, de façon décisive, à l’atteinte des objectifs d’une transition énergétique réussie au Togo.

 

A la fin des travaux, des recommandations ont été adressées aux parties prenantes afin que des politiques efficaces et durables soient menées en faveur des énergies renouvelables pour le bien de tous. Il s’agit de :

 

–Inscrire le processus de transition énergétique dans le long terme, qu’il soit inclusif, adapté au contexte local et suivant un plan d’action d’investissement efficace et réalisable ;

–Systématiser le reboisement-compensation non seulement du fait des végétations détruites mais aussi afin de séquestrer des gaz à effets de serre ;

–Adapter et multiplier les gestes éco-citoyens ;

–Entretenir régulièrement les plants mis en terre ;

–Prélever le juste nécessaire des ressources naturelles pour satisfaire aux besoins ;

–Adopter le co-voiturage ;

–Etendre la planification de l’aménagement du territoire et du développement à toutes les parties prenants, y compris la société civile. Cette dernière devra œuvrer à augmenter les capacités de stockage et de sécurisation du gaz butane pour la consommation domestique.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.