Alerte au nouveau coronavirus


Le monde fait face à une crise sanitaire sans précédent. Selon le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), la pandémie du COVID-19 est la crise sanitaire mondiale de notre époque et le plus grand défi auquel nous ayons été confrontés depuis la Seconde guerre mondiale . En effet, apparu le 17 novembre 2019 dans la province de Hubei (en Chine centrale), et plus précisément dans la ville de Wuhan, elle s’est propagée dans le monde entier, comme une trainée de poudre.


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a alerté dans un premier temps la République populaire de Chine et ses autres États membres, puis a prononcé l'état d'urgence de santé publique de portée internationale le 30 janvier 2020. La pandémie de Covid-19 , est une pandémie d'une maladie infectieuse émergente, appelée la maladie à coronavirus 2019, provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2. Depuis le début de la pandémie, plus de 303 000 personnes sont décédées du Covid-19, dont près de 87 000 aux Etats-Unis, plus de 33 000 au Royaume-Uni et plus de 31 000 en Italie...
Les symptômes du Covid-19 apparaissent de manière progressive. Certaines personnes peuvent être infectées sans symptôme et se sentent bien. Environ 80 % des personnes guérissent sans avoir besoin de traitement particulier. Environ 1 personne sur 6 contractant la maladie présente des symptômes plus graves, comme une sensation de manque d’air ou un essoufflement anormal. Les personnes âgées et celles qui ont d’autres problèmes de santé (hypertension artérielle, problèmes cardiaques ou diabète) ont plus de risques de présenter des symptômes graves .
Le COVID-19 est transmis par des personnes porteuses du virus. La maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre, dans la majorité des cas par des gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut dès lors contracter la maladie liée au COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche.
Une autre voie de contamination est la respiration de gouttelettes d’une personne malade qui vient de tousser ou d’éternuer. Il convient de noter que beaucoup de personnes atteintes présentent des symptômes discrets aux premiers stades de la maladie. Il est alors possible de contracter la COVID-19 au contact de ces personnes, même si elles ne se sentent pas malades.
Au total, ce sont environ 200 pays et territoires qui sont touchés par cette crise sanitaire mondiale, y compris les pays africains, dont le Togo.
La situation de la maladie au Togo le 21 août 2020 à 20:30, se présente comme suit : 1239 cas confirmés, 321 cas actifs, 891 personnes guéries, 27 décès . Pendant ce temps, La situation de la maladie au Togo au 15 mai 2020, à 19:02 se présentait de la façon suivante : 263 cas confirmés, 156 cas actifs, 96 personnes guéries, 11 décès . Une analyse des données du 21 août 2020 et du 15 mai 2020 et celles de la veille montre un regain considérable du nombre de personnes contaminées. Cette crise constitue, comme on le voit, un défi majeur pour le Togo. Aussi, note-t-on : Sur le plan social : l’augmentation du chômage, l’apparition ou l’aggravation de la faim, la détérioration des relations sociales du fait de la peur de l’autre et la stigmatisation de personnes contaminées, la phobie de rechute pour les personnes guéries de la maladie, la réduction du bien-être ; Sur le plan économique : la perte des revenus, le recul des activités de production, la diminution des finances publiques à cause de la baisse des recettes publiques et de l’augmentation de la dette publique. Sur le plan environnemental : la nuisance visuelle à cause de la prolifération dans les rues de cache-nez usagées, la négligence des activités de protection de l’environnement, l’urgence actuelle étant l’utilisation des ressources pour la lutte contre le coronavirus
L’ensemble de ces conséquences désastreuses appelle à des réponses à la fois des pouvoirs publics du secteur privé et la société civile. Pour infléchir la situation ascendante de la maladie au Togo, il est important de renforcer les mesures prises par le gouvernement, notamment les mesures préventives. L’adage est assez expressif à ce sujet « mieux vaut prévenir que guérir ».


Pour rappel, Les Amis de la Terre-Togo avait lancé en 2016 la campagne Non à l’exploitation du pétrole au Togo. L’objectif de cette initiative est de demander au gouvernement togolais de surseoir à toute idée d’exploitation du pétrole. L’organisation l’exhorte à plutôt poursuivre la mise en œuvre de sa politique d’énergie renouvelable avec les projets de développement de centrales photovoltaïques à impacts minimisés.


Commentaires

Laissez un commentaire